Brexit sans accord : les marques de cosmétiques Britanniques sont les plus touchées

À un peu plus d’un mois de la date révisée du départ de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, les entreprises sont aux prises avec la réalité que le départ rapide de la nation de l’union politique et économique de 28 États se fera avant qu’un accord de sortie ne soit mis en place. 

Parmi celles qui devraient être le plus impacté : l’industrie britannique de la beauté et des cosmétiques risque d’être confrontée à des changements considérables, des exigences d’étiquetage pour le maquillage à la possibilité de commercialiser des soins de la peau « biologiques ».

Les produits de beauté et les cosmétiques des entreprises britanniques, y compris comme ceux des entreprises milliardaires, telles que Charlotte Tilbury et Elemis, les stalwarts comme Rimmel London, et les labels indépendants en plein essor S5 Skincare, Lixirskin, et The Inkey List, entre autres, qui entrent dans l’un des 27 États membres restants de l’UE après la date du Brexit du 31 octobre seront “confrontés à des changements procéduraux significatifs”.

Voyons les changements qu’amènent la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE pour les marques de soin et beauté du pays :

 

De nouvelles règles à respecter

Alors que tous les produits livrés depuis l’Angleterre vers les autres États membres de l’UE, avant la date butoir, seront considérés comme ayant été mis sur le marché et pourront être vendus sans être soumis à des changements réglementaires », tous les produits de beauté britanniques importés par la suite devront respecter certaines nouvelles règles.

Par exemple, pour être distribuées légalement, c’est-à-dire conformément au règlement européen sur les cosmétiques 1223/2009, toutes les entreprises cosmétiques « ont besoin d’une « personne responsable » basée dans l’UE » pour agir essentiellement en tant que représentant légal de la marque et de chacun de ses produits. 

La législation européenne stipule que pour les produits fabriqués par des entreprises situées dans l’UE, le fabricant est considéré comme la personne responsable. Toutefois, compte tenu du statut imminent de la Grande-Bretagne en tant que pays non-membre de l’UE, les marques de cosmétiques britanniques devront toutes désigner officiellement des « personnes responsables établies au sein de l’UE. »

Partager
Facebook
Twitter
LinkedIn